On ne naît pas talentueux. On le devient !

Ose Déployer Ton JEU

On ne naît pas talentueux. On le devient !

Un livre intéressant dans lequel vous trouverez le code pour devenir talentueux…

LE CODE TALENT

Pour l’auteur le talent n’existe pas. Tout viendrait de la myéline, une substance qui entoure les fibres nerveuses et qui permet un passage plus simple & plus rapide vers une compétence ; c’est un peu comme si une personne dite talentueuse était capable de rouler à 130 km/h : pour le commun des mortels, ça cela semble être une route départementale mais pour celui dit talentueux, c’est une autoroute car la myéline, substance isolante, a rendu fluide le chemin vers les zones du cerveau adéquate.
Il a fait de nombreuses études auprès de centres de « talents » dans le violoncelle (us), le football (brésil), le tennis (académie russe).

Au coeur du livre : pour développer la myéline, le champion doit avoir une « pratique approfondie », ie :

Règle 1 : Morceler

  • Avoir une vision d’ensemble
  • Segmenter
  • Ralentir
    (Je trouve que ça parle bien du jeu dans les carrés)

Règles 2 : Répéter
Ça marche seulement si le joueur est toujours au point de bascule de ses capacités pour continuer à chercher, à ressentir, à progresser.
C’est un élément essentiel qui distingue par exemple « faire des gammes » de faire de la pratique approfondie.

Règle 3 : Ressentir
C’est l’attention ou la concentration qui permet de sentir si l’on est proche de son point de bascule et de construire de nouvelles compétences pour atteindre l’objectif

  • arrêter de chercher des solutions à l’extérieur et commencer à les chercher à l’intérieur
  • sensation d’instabilité un peu comme un enfant qui apprend à marcher et qui permet de creuser le gap entre ce que l’on fait ce qu’on aimerait faire
  • cela suppose d’accepter d’être dans cet état où l’on fait des erreurs, où l’on tombe, où l’on est en échec

Globalement, l’idée de la pratique approfondie est de laisser le joueur ressentir, réfléchir, ajuster ce qu’il vient de faire ; pour « nourrir » le circuit cérébral via cette recherche. C’est mettre de la conscience quoi !

La pratique approfondie requiert de l’énergie, on est à l’opposé du pilotage automatique. Cette énergie, l’auteur l’appelle un « déclenchement ».

Ce déclenchement, cette flamme naît d’après l’auteur d’événements extérieurs qui touchent le champion. Et notamment, l’observation des performances de l’autre : “s’il l’a fait, je peux le faire”. D’où l’intérêt de mixer les niveaux.

Le coach doit donner envie à l’autre de s’y voir. Ce déclencheur est inconscient.
Il est lié à la dimension sociale de l’être humain qui peut déclencher une énergie immense à vouloir faire partie d’un groupe (par exemple celui des meilleurs joueurs mondiaux).
Le talent est donc un processus activé par des déclencheurs primaires parmi lesquels le modèle de réussite d’autres personnes, mais aussi bien sûr la projection de soi-même ou la visualisation.

Le déclencheur est aussi le lien de respect voire d’amour du coach vers son sportif ; c’est sa capacité à rendre en apprentissage plaisant, joyeux et ludique. Pour trouver le déclencheur de son élève, le coach doit l’observer avec une grande acuité et une grande curiosité. Il s’agit non pas d’être patient en tant que coach mais d’avoir une impatience stratégique afin de changer aussi souvent de stratégies que besoin en fonction du résultat. Il s’agit aussi de se comporter comme au théâtre pour le coach afin de toucher l’élèves et de lui dire la vérité sur sa performance.

Aucun commentaire

Ajoutez votre commentaire